Interview Germinal PEIRO, Président du Conseil départemental Dordogne-Périgord

Pourquoi proposer un nouveau budget participatif ?

Dès le début de mon mandat, j’ai souhaité mettre la concertation et le dialogue au cœur de la mise en œuvre de nos politiques publiques. Après les assises citoyennes de 2015 et la réussite des rencontres citoyennes en 2018, nous avons lancé le premier budget participatif du Conseil départemental doté de 1 millions d’euros. Avec cette initiative, nous prolongions une dynamique que je souhaite voir encore grandir avec cette deuxième édition. Je considère en effet qu’il est essentiel, dans la société d’aujourd’hui, de renforcer la participation directe des citoyens à l’action publique.

La crise sanitaire vous a-t-elle fait douter quant à l’organisation de cette deuxième édition ?

Nous nous sommes interrogés en effet. Mais rapidement il m’a semblé primordial de renouveler cette opération. Cette crise sanitaire ne doit pas freiner l’expression démocratique directe des citoyens. Bien au contraire, cette crise doit nous inciter à accélérer et à développer ce type d’initiative. Nous avons réfléchi à une organisation adaptée à la situation sanitaire. Nous allons notamment privilégier les outils numériques pour cette édition. J’aurais aimé aller plus loin dans un véritable travail de co-écriture du règlement mais la période de confinement ne nous a pas permis de l’organiser.

Qu’attendez-vous de cette édition ?

Je souhaite qu’une nouvelle commission citoyenne puisse, comme l’an passé, analyser toutes les idées déposées. Je trouve formidable que de nombreux citoyens de tous horizons s’engagent ainsi pour réfléchir à l’intérêt général et permettre à de nouvelles formes de démocratie de se développer.

En réduisant le montant maximum accordé à chaque projet, je souhaite également que cette édition permette de retenir davantage de projets et ainsi accélérer la transformation de la Dordogne vers plus de démocratie, de solidarité et d’écologie.